L’éducation positive des enfants

L’éducation positive des enfants

Avec amour, il faut savoir fixer des limites à son petit bout !

L’éducation positive fait partie de l’apprentissage de votre enfant. Il doit apprendre à s’arrêter seul, sans qu’il y ait une intervention extérieure. Les enfants entre 4 et 5 ans qui connaissent leurs limites sont des enfants qui se sentent en sécurité et qui savent qu’ils peuvent se contrôler tout seul. Ainsi, cela aide l’enfant à avoir confiance en lui et à être fier de ce qu’il sait faire. Tout cela est essentiel au bon développement de l’enfant. Encouragez-le !

Il ne faut pas hésiter à parler avec votre enfant, à lui dire ce que vous attendez de lui, lui présenter les limites qu’il ne devra pas franchir, et lui expliquer pourquoi, vos attentes en retour… Un enfant testera tout de même, et si il dépassait les limites que vous lui aurez imposées auparavant, alors expliquez lui qu’à chaque fois qu’il vous désobéira, vous devrez l’arrêter et ce, jusqu’à ce qu’il soit capable de s’arrêter de lui-même, comme un grand !

 

Dans le cas contraire, si vous ne posez pas de limite à l’enfant, alors il essaiera par n’importe quel moyen de vous pousser à bout afin d’obtenir tout ce qu’il lui fait envie. En fait, ce genre de réaction de la part d’un enfant signifie qu’il cherche quelqu’un qui puisse lui dire « non ! ».

Le fait de ne pas céder face à la colère d’un enfant, cela lui permet de trouver ses repères. L’enfant a besoin d’avoir des parents solides, fermes avec leurs rôles de parents. Ainsi, l’enfant sait qu’il peut s’identifier à eux, et sur lesquels il pourra s’appuyer. Le fait de dire « non » à un enfant peut amener à une frustration chez lui. Surtout ne rien lâcher ! La frustration chez l’enfant est une phase essentielle à son développement psychologique et affectif. Il doit apprendre tout seul à renoncer à la satisfaction immédiate de tous ses désirs. Et si la crise éclatait, n’ayez pas peur de l’isoler un petit moment dans sa chambre le temps qu’il se calme, et vous aussi. Puis revenez vers lui afin de discuter de ce qu’il vient de se passer.

L’éducation de l’enfant est une grosse responsabilité, mais il faut savoir aussi déléguer cette responsabilité permanente qui peut-être pesante : laissez-le chez papy et mamy, à une baby sitter (voir article « Bien choisir sa baby sitter »).

A savoir que trop de « non » n’est pas une solution, il faut décider à l’avance ce qui pourra être négocié et ce qui ne le pourra pas. Exemple : la santé et la sécurité de l’enfant n’est pas un sujet négociable.

Ce n’est pas parce que vous grondez votre enfant qu’il ne vous aimera plus. Cette idée est fausse. Au contraire, votre petit protégé a besoin de se sentir aimé et rassuré, d’avoir des repères, des limites…

Des mamans avec leurs bébés dans leurs bras ou sur leurs épaules

Laisser un commentaire